canton département Eure 27 le-bernayen

Socialement vôtre

Attention, un scrutin peut en cacher un autre… Après de multiples hésitations et l’avis favorable des maires, les élections départementales ont bien lieu les 20 et 27 juin, en même temps que les élections régionales.

Tout le monde en parle. Et à en croire les différents analystes, l’enjeu est politique. À moins d’un an des présidentielles, il s’agit pour les différents partis de se compter. L’ambiguïté est d’autant plus grande que nombre de candidats aux départementales s’engagent dans le sillon des têtes de liste des régionales, souvent plus connues.
C’est oublier que les enjeux des deux élections sont totalement distincts et sous-estimer les départementales au profit des régionales dont l’enjeu est politique. Les conseilleurs régionaux sont en charge du développement économique de la région et font partie des grands électeurs. Les départementales en revanche servent à élire des hommes et des femmes chargés de la gestion de la vie locale et tout particulièrement des questions sociales. Leur mission est primordiale.
Les conseillers départementaux sont les héritiers des conseillers généraux nés sous la Monarchie de Juillet. En cette époque troublée, les réformes politiques et sociales se sont multipliées. La loi du 22 juin 1833 a alors institué des élections cantonales pour gérer les affaires locales. Les élus se retrouvaient au sein du conseil général composé d’autant de membres qu’il y avait de cantons dans le département. Le système a duré, bon an, mal an jusqu’à ce que la loi du 17 mai 2013 change la donne. Les élections départementales ont alors remplacé les élections cantonales. Les conseillers généraux sont devenus les conseillers départementaux et dans la foulée, les cantons ont été redécoupés pour qu’il y ait approximativement le même nombre d’habitants dans chaque canton.
Désormais on compte 2054 cantons pour 101 départements, soit environ 20 cantons par département. Chaque canton élit deux conseillers départementaux. Au total, ils sont donc 4018.
Les candidats se présentent en binôme, un homme et une femme, leurs suppléants également. Pour postuler, il faut être majeur, français et être domicilié dans le département où on se présente.
L’élection, au suffrage universel, est à deux tours. Pour être élu au premier tour, il s’agit d’obtenir la majorité absolue et au moins un quart des voix des électeurs inscrits. Au second tour, il faut atteindre au moins 12,5 % des voix des inscrits. Si ce n’est pas le cas, le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages l’emporte. Les conseillers sont alors élus pour six ans à l’issue desquels ils peuvent se représenter.

Election départementales canton Bernay Eure 27300

Le canton de Bernay et ses 17 communes : Mesnil-en-Ouche (27049), Bernay (27056), Caorches-Saint-Nicolas (27129), Corneville-la-Fouquetière (27173), Courbépine (27179), Fontaine-l’Abbé (27251), Malouy (27381), Menneval (27398), Le Noyer-en-Ouche (27444), Plainville (27460), Plasnes (27463), Treis-Sants-en-Ouche (27516), Saint-Léger-de-Rôtes (27557), Saint-Martin-du-Tilleul (27569), Saint-Victor-de-Chrétienville (27608), Serquigny (27622), Valailles (27667).

 

L’action sociale, principale mission du département

Les élus se retrouvent au sein du conseil départemental (anciennement conseil général) qui est l’instance délibérante du département. Il se réunit au moins une fois par trimestre, à l’initiative du président ou d’une commission permanente.
Interlocuteur privilégié des maires, il participe à la définition des politiques départementales et représente le département dans les différents organismes.
Son rôle est essentiellement social. Il gère la lutte contre l’exclusion et la pauvreté à travers le RSA, l’aide sociale à l’enfance, aux personnes âgées, aux personnes handicapées. Il est en charge de la construction et de l’entretien des collèges, des bibliothèques, de la gestion de l’eau et de la voirie. Il dispose encore de pouvoirs de police notamment en matière de circulation.

Un budget de 642 millions pour l’Eure en 2021

L’État contribue au budget des conseils départementaux. En 2020 il leur a attribué 8,5 milliards d’euros, soit 12,47 % de leurs recettes réelles de fonctionnement. Le reste est à la charge du département et des collectivités.
Dans l’Eure, cette année, le conseil départemental a voté un budget de 642 millions d’euros dont 180 millions d’investissement et 462 millions de fonctionnement. Les dépenses sociales atteindront 299 millions, 34 % étant destinés au RSA et à l’insertion, le budget Covid représentant à lui seul 88,5 millions, en hausse de 12 %.
Lors des dernières élections, en 2015, l’âge moyen des conseillers était de 54 ans. Nombre d’entre eux sont cadres ou issus d’une profession libérale. Leur situation est confortable. Au total, l’État consacre près de 120 millions aux salaires des élus départementaux. Les rémunérations varient de 1 556 euros bruts à 2 994 euros selon la population du département dans lequel les conseillers sont élus (elle est d’environ 2 000 euros dans l’Eure). La rémunération du président atteint au maximum 5 639 euros.
Les avantages annexes sont importants. Les conseillers peuvent constituer une retraite par rente et les pensions versées sont cumulables avec toute autre retraite. Dans certaines régions ils peuvent bénéficier d’un logement de fonction. Certains ont une voiture de fonction et tous les frais de déplacement sont remboursés.
En cette période difficile où la pandémie a rebattu les cartes et augmenté les situations de précarité, la mission des conseillers départementaux chargés d’aider les citoyens en difficulté est plus sensible que jamais.
Nadège Forestier

CET ARTICLE VOUS A INTÉRESSÉ ?

Notez-le !

Note moyenne 3 / 5. Nombre de vote : 12

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier !

Pensez-vous que cet article soit utile ?

Suivez-nous sur les médias sociaux !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.