Mobilité : l’intercom et la ville de Bernay peuvent mieux faire !

Mobilité : l’intercom et la ville de Bernay peuvent mieux faire !

Un bon maillage du réseau des transports, collectifs et individuels, est vital pour les habitants de la ville de Bernay, sa périphérie et les villes avoisinantes. Il devrait pouvoir offrir une liberté de déplacement pour tous avec des parcours plus économes en énergie.

Pourquoi la ville de Bernay n’attribuerait-elle pas plus d’espace à ses habitants tout en les débarrassant des pollutions sonores et rejets toxiques émis par les véhicules ? Sa petite superficie : 24 km2, ses nombreuses rues étroites, sa labellisation Ville d’art et d’histoire, sa volonté de développer le tourisme… devraient pourtant s’y prêter.

Des zones de stationnement «bleues»… la vie en «rose» ?

La gestion du stationnement, et récemment des zones bleues, a certes amélioré la disponibilité aux abords des commerces. Elle a tout de même fait disparaître 70 places dans le centre-ville et le projet d’aménagement des abords de la gare prévoit d’en supprimer 80 de plus. Les « grands » parkings (gare, place Lebrot, place des Hauts Penteurs et rue Guillaume de la Tremblaye) sont saturés. Il serait judicieux d’augmenter le nombre de places du parking de la gare, actuellement de 180 places, pour le porter à 500 places. Celui-ci, bâti sur trois niveaux permettrait d’alléger le nombre de véhicules stationnés en centre-ville, de réaliser des voies pour les vélos… et pourquoi pas de convertir quelques rues en voies piétonnes…
Le coût estimé est d’environ 4 M€ et pourrait se répartir entre 40 % pour la Région, 10 % pour le Conseil départemental de l’Eure, 40 % par l’intercommunalité Bernay terres de Normandie et 10 % pour la mairie de Bernay (soit environ 400 000 €).
Le développement de transports en commun devrait aussi permettre d’atténuer le nombre de véhicules circulant dans le centre-ville et favoriser les déplacements des piétons, vélos et autres moyens de transports dits « doux ». Concernant les deux lignes d’autobus de la ville, on peut déplorer que la première desserte soit à 8 h 13 alors que certains salariés débutent leur journée de travail à 8 h 00 et qu’un grand nombre d’usagers de la SNCF prennent les trains de 5 h 39 et 6 h 40.

Un maillage intermodal et synchronisé à définir

Les transports scolaires pourraient être améliorés. Sept autocars scolaires desservent, matin et soir, les villes de Brionne et Bernay, soit un flux d’environ 700 élèves. Pourquoi ne pas réduire leur nombre et créer une ligne de Transport express régional (TER) pour desservir ces villes en un temps quasi identique ? Ces autocars créent des bouchons sur la place de Verdun et le boulevard Dubus, engendrent une pollution et mettent en danger tant la sécurité des élèves que celle des automobilistes faute de parking spécialement aménagé. Il suffirait pourtant d’adapter et les horaires et les tarifs des trains à ceux des cars.
Enfin, concernant les élèves habitant entre ces deux communes, un maillage de cars de plus petites capacités pourrait desservir les gares. L’intercommunalité Bernay terres de Normandie devrait réaliser un transport collectif, moins polluant en favorisant, là aussi, le déplacement des jeunes sans permis et des personnes âgées.
Deux axes de circulation, transitant par Bernay, pourraient être développés : celui de Thiberville, Bernay, Beaumesnil, La Barre-en-Ouche et celui de Montreuil-l’Argilé, Broglie, Bernay, Serquigny, Le Neubourg.
Enfin abordons rapidement le maillage départemental ou régional en autocar quasi inexistant avec l’unique ligne 420 qui relie Bernay à Pont-Audemer pour deux euros. Ne téléchargez pas la fiche des horaires sur le site de la mairie, elle est périmée depuis août 2019, ce qui démontre l’attention qu’on lui prête.

Les élus bernayens détiennent les clés de la mobilité

La maire de Bernay, cumule deux mandats qui lui permettent d’agir sur le transport communal et intercommunal, celui de maire et de vice-présidente de l’intercommunalité. Quant à l’ancien maire de Bernay, il est encore vice-président du Conseil départemental en charge de la mobilité. Espérons donc qu’ils soient eux-mêmes mobiles sur ces questions stratégiques et écologiques pour le développement de la ville.
Pollux

 

Autobus, attrape-moi si tu peux !

Un commerce devrait se focaliser sur la qualité et l’originalité de ses produits bien plus qu’à « sa » place de stationnement.
Deux lignes d’autobus Bmob (photo) relient les quartiers nord et sud au centre-ville de Bernay. Les plages horaires s’étendent de 10 heures à 17 heures et ce transport est gratuit depuis fin 2017.
Malgré une fréquentation en hausse ce service ne satisfait pas de nombreux Bernayens. Si une enquête de satisfaction a bien été diligentée en 2018 par le transporteur Keolis – avec un résultat général de satisfaction à 90 % – celle-ci ne fut, ni prospective, ni quantitative. La plage horaire de 10 h 00 à 17 h 00 n’offre aucune alternative aux « lève-tôt » et « couche-tard » si ce n’est de prendre leurs voitures. Enfin un arrêt au Pôle social départemental (rue aux Bœufs) très fréquenté serait judicieux.

 

Cet article vous a intéressé ?

Notez-le !

Note moyenne 3.3 / 5. Nombre de vote : 4

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier !

Pensez-vous que cet article soit utile ?

Suivez-nous sur les médias sociaux !

Laisser un commentaire